Sécurité

logo dgac

     L’utilisation d’un drone est soumise à d’importantes règles d’utilisation et de sécurité régies par la DGAC (Direction Générale de l’aviation Civile) et la DSAC (Direction de la Sécurité de l’Aviation Civile). Plusieurs documents visant à justifier notre compétence et celle de nos Drones sont obligatoires pour pouvoir réaliser des prises de vues aériennes. Lorsque vous faites appel à un prestataire pour des prises de vues aériennes, assurez vous qu’il détient toutes les accréditations nécessaires pour réaliser la mission.

 

 

Les documents requis

- DNC – déclaration de niveau de compétence délivrée par l’exploitant du drone : Elle atteste des compétences de pilotage nécessaires à l’utilisation des drones.

- Certificat théorique du brevet de pilote d’ULM : Ce diplôme est obtenu à l’issu d’un examen sur les connaissances aéronautiques et les règles de l’Air

- Attestation de conformité Navigabilité : Elle permet de vérifier que les drones que nous utilisons respectent les exigences techniques et sécuritaires imposées par les autorités compétentes, en l’occurrence la DGAC et la DSAC

- Dossier Technique du drone : Il décrit les caractéristiques techniques du drone dans sa globalité: des groupes moteurs, des contrôleurs Brushless, des sources d’Energie, du contrôleur de vol, les schémas de câblage, le dimensionnel, les dispositifs de sécurité…

- MAP – Manuel d’activité particulière : Il s’agit de la bible du télépilote. Ce document décrit notre façon de travailler. On y retrouve le fonctionnement de l’entreprise et les responsabilité de chacun. Il répertorie le nom et compétences des télépilotes, ainsi que ceux des machines que nous utilisons. Le MAP contient également nos procédures de vérification avant et apres vol, nos plans de formation et d’entretien du savoir-faire de nos pilotes ainsi que le descriptif de nos moyens et dispositifs de sécurité qu’ils soient directement sur le drone ou contenu dans nos méthodes de préparation de mission.

- Attestation de dépôt de MAP : Il certifie que vous avez effectué toutes les démarches nécessaires pour les scénarios demandés et que vous êtes enregistrés auprès des autorités de la DGAC et DSAC

 

Les différents scénarios et exigences de sécurité

Il existe 4 types de scénarios. Chacun possède ses spécificités et ses niveaux d’exigences.

Scénario S-1 : Il s’agit du type de mission le moins restrictif car il concerne les zones dites ‘Non peuplées’ donc hors agglomération. Ce scénario autorise une altitude de vol de 150m et une distance de 100m du pilote. Il peut être effectué sans demande préalable et permet donc une planification rapide de la mission. Il n’y a pas de dispositif de sécurité supplémentaire à installer

S1

 

 

 

 

Scénario S-2 : Le scénario S-2 possède des exigences presque identiques au S-1 à la seule différence d’une modification du plafond d’altitude et des distances de vol au pilote : Elles sont portées à 1Km pour une altitude maximum de 50m. En ce sens, la réglementation demande des dispositifs de navigation supplémentaires permettant de connaitre en temps réel l’attitude et la position du drone (Assiette, altitude, Distance au pilote, vitesse verticale/Horizontale…) sur une base cartographique. Ses dispositifs permettent également de limiter l’évolution aux distances autorisées et cela de façon électronique et automatique. Pour ce genre de scénario, la déclaration de chaque vol est requise

S2

 

 

 

 

Scénario S-3 : Il concerne l’essentiel des missions de prises de vues par drones car il caractérise les vols en ‘Zones Peuplées’ donc en agglomération.  Les limites de vols sont identiques au scénarios S-1 (Altitude max 150m et distance au pilote max 100m) mais ce scénario exclu tout appareils dépassant une masse de 4kg. Parce que nous évoluons au dessus d’éléments tels que des Maisons, édifices industriels et autres bâtiments, les autorités exigent également l’utilisation d’un parachute de secours pour les drones de 2kg à 4kg. Cette mesure à été mise en place pour limiter l’impact au sol à 69Joules lors d’une avarie telle qu’une perte moteur ou signal radio

S3

 

 

 

 

Scénario S-4 : C’est le plus restrictif des scénario car il concerne des missions très particulière et réunis tous les scénarios qui ne pourraient correspondre aux trois précédents. Il est souvent utile aux entreprises proposant des prestations de surveillance longue portée pour des applications d’inspection de gazoducs ou encore de réseaux électriques. Les distance de vols peuvent alors atteindre plusieurs kilomètres et les vols sont réalisé à l’aide de mode de gestion automatique

 

 

Les règles de l’air

          Outre la réglementation prévue depuis 2012 appliquée aux drones, nous devons respecter les règles d’utilisation de l’espace aérien aux mêmes titres que les avions, hélicoptères et autres ULM. En ce sens, en plus des précautions propres à la nature de la mission et au scénario impliqué, il est important de vérifier avant la réalisation d’un vol la présence ou non d’un zone ou peuvent évoluer les autres usagers du ciel. Pour permettre la cohabitation des drones avec le trafic déjà existant, nous consultons systématiquement les cartes aéronautiques pour identifier les héliports, aérodromes et aéroports qui imposent le respect de distance de sécurité et d’altitude lorsque l’on s’approche mais aussi la demande d’autorisations auprès des aéroports lorsque le vol s’effectue dans une zone contrôlée (Exemple: Aéroport de BLAGNAC à Toulouse). Dans ce dernier cas, il est nécessaire de rédiger un protocole de vol intégrant la date, le type de mission, son déroulement chronologique et qui sera transmis aux autorités compétentes afin de vérifier la compatibilité de la mission avec le trafic aérien mais également que nous sommes en règles et disposons des bonnes accréditations.


Leave a Reply

AirHD - L'ingénierie au service des Drones